Adeos Cabuya !

Un mois de vie au bord du Pacifique, c’était un mois pour simplement « être ».

Retrouver le rythme du temps qui passe et se prélasse.
Ne pas courir.

Regarder, écouter, sentir.
Manger des fruits et du poisson plus que de raison.

Au revoir douce Cabuya.
Tu as été une belle entrée entre parenthèse.
Un beau début de rêve qui se réalise.

Dernière nuit, la voie lactée, comme cadeau du ciel.
Dernier matin, dernier reflet de Narcisse.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s